On The Road


Archive de la catégorie

Liste des articles dans la catégorie Skofja Loka.

Quelques coups de martinets et des chocolats… ou pas.

6 décembre. La Saint Nicolas.

Pour certains cette fête n’a rien de particulier, et le 6 décembre est un jour comme un autre.

Pour d’autres St Nicolas est l’ancêtre du Père Noël, il est vert, violet ou blanc mais surtout pas coca-cola. La légende raconte qu’il a sauvé des enfants d’un terrible boucher qui les avait kidnappés et séquestrés plusieurs semaines avant de vouloir les découper en morceaux et de les saler comme il l’avait déja fait auparavant. La tradition s’en suit que le méchant boucher et ses diablotins terrorisent et fouettent les enfants qui ont été mauvais et que St Nicolas quand à lui distribue des cadeaux et du chocolat aux enfants qui ont été sages tout au long de l’année.

lire la suite »


De la téléphonie mobile.

« -Marie j’ai essayé de te joindre 3 fois aujourd’hui, tu décrochais pas ! »

-ben t’avais qu’á laisser un message si c’était important… »

-ce que j’ai á te dire ne tient pas dans un message »

-… ? »

Quand je parle de message je pense aprés le bip sonore. Pour un slovénien un message n’est autre qu’un texto. le bip sonore et le répondeur automatique n’existe pas chez eux.

lire la suite »


Le jour oú j’ai rencontré d’autres volontaires en Slovénie…

C’était á Brežice pour la fete d’anniversaire de Sébastien, un francais en volontariat á l’autre bout de la Slovénie.

Ils sont en colocation. ils sont 4 jeunes d’allemagne, d’espagne, d’italie et de france. et c’est pas la joie tous les jours on dirait. ils sont dans une toute petite ville de quelques 5000 habitants, vivent ensemble et partagent leurs chambres, travaillent ensemble et partagent leurs bureaux. Ils ne sont pas si jeunes que ca mais j’ai bien l’impression que certains agissent comme tel.

lire la suite »


« T’as mis tes chaussons? »

Je crois que cette question me rappellera toujours mes vacances chez ma grand-mère… sourire.

Les slovéniens ont leurs propres chaussons, un peu comme les charentaises de chez nous mais en plus classe. Ça s’appelle les Copate, et tous les slovéniens en portent dès qu’ils rentrent dans une maison (ou un appart). En l’occurrence dans mon appart j’en ai deux paires héritées de mon ancien coloc qui doit certainement en avoir toute une collection. Seulement ils sont pas tout à fait à moi et j’ai pas le réflexe de les mettre dès que j’arrive à la maison. Et si jamais j’ai des invités c’est même pas la peine que je pense à les utiliser, ils sont déjà en train de les chausser.

J’ai même des amis qui en ont un panier entier pour prévoir les soirées avec de nombreux invités chez eux. Y’en a pour tous les goûts, différentes couleurs, différentes textures, toutes les pointures et assez pour 20 à 25 personnes ! Je vous jure !

C’est le passage obligé, quand t’arrives chez un slovénien, tu mets des chaussons. Limite ils se sentent mal s’ils ne les ont pas aux pieds… (c’est comme jouer de la flute, t’as la classe ou tu l’as pas.)

Haaa… la famille… haaa… la tradition…

vaš logo copale paniercopale otroki


La mort en poster

Le soir d’halloween, y’avait une grande fête à Ostriga. Et comme à chaque grande fête de ce type, j’ai rencontré de nouvelles personnes. J’ai discuté avec eux, j’ai rigolé, j’ai souris, j’ai même dancé avec certains. La fatigue commençant à se faire sentir, je leur lance un dernier regard ou un sourire et on se dit à bientôt. On pourrait même se dire à demain tellement la ville est petite.

Mais demain je ne le reverrais pas, ni après demain, ni jamais. Parce qu’il avait trop bu et qu’il a pris sa voiture, il n’est jamais rentré chez lui.

lire la suite »


En manque de rouge et d’odeurs

Ca y est je me suis habituée à la viande ici, maintenant faut que je me fasse à la quantité. en fait si tu cherches bien la charcuterie ici est juste fantastique !

Je me suis habituée au fromage aussi, héhé LE fromage ! Plastique tout autour comme le babibel, pas de couleur, pas de texture, pas de forme comme le babibel, pas d’odeur pas de goût comme le babibel, ha nan en fait je ne me suis pas habituée… bon en vrai y’a des couleurs et des tailles différentes. Tu as le choix entre le orange-babibel, le jaune-babibel, le rouge-babibel et euh ha oui le bleu-babibel (si, si). Et pour la taille ce ne sont que des formats familiaux, cette fois-ci, non pas comme le (mini) babibel, c’est plutôt carré avec une diagonale de 10 à 15 cm sur une longueur de 30 cm. Faites le calcul et imaginez un peu le truc. Tous rangés en ligne à la coupe (même pas en fonction de la couleur ou de la longueur.. grr) avec une tripotée de slovéniens qui hésitent devant ce désastre… je comprends pas.

lire la suite »


Je péte les plombs

La lampe de l’entrée a sauté. Pas de problème on passe pas énormément de temps là où on ne fait que ranger nos chaussures et sécher les parapluies. et au vu de la crasse qui s’accumule dans cette petite partie de l’appart  vaut mieux pas y mettre de lumiére…

Une des lampes du salon saute. C’est pas grave y’en a encore deux autres et de toutes façons, ce salon, c’est ma chambre. Donc y’a pas grand monde que ça dérange.

Dans la cuisine la seule lampe que l’on a est très faible, et comme il fait nuit à 16h30, quand celle ci a sauté, on s’est retrouvé un peu cons.

lire la suite »


Du cinéma á l’ancienne

Du 11 au 22 novembre avait lieu la 20éme édition du LIFE festival a Ljubljana, 91 films et 15 courts metrage de tous styles ont ete projetes. Des récents (Antichrist de Lars Von Trier) ou des plus vieux, des documentaires, et aussi quelques rétrospectives. Notamment celle de Haneke avec son formidable Ruban Blanc (traduction en slovène), et toutes ces réalisations de la plus incompréhensible à la plus sensible. Je pense à Wie war Edgar Alan, qui m’a laissée dubitative. En même temps c’était en VO allemand avec des sous titres slovéniens, donc va pour essayer de comprendre, faut s’accrocher !

lire la suite »


voila l’hiver !

Un mois tous les matins le brouillard blanc me réveille. Illumine ma chambre a travers les persiennes. Caresse ma joue par un courant d’air, fenetre ouverte.

Ce matin était particulier, le courant d’air glacial et l’horizon dégagé. Aucun mur blanc ne m’enfermait dans un nuage de brouillard, mais un tapis blanc recouvrait le jardin.

J’arrive enfin a mesurer le temps, car le soleil n’a pas les memes habitudes ici et ailleurs. J’integre enfin doucement quel jour de la semaine sommes nous et je me remet au calendrier grégorien. quand finalement la nature décide de me perturber plus encore…

Novembre… Il neige. Quel mois sommes nous ?!

file0311.jpg


Let’s go for a blow

En france en soirée si tu sors ta flûte à bec, t’as un peu l’air d’un con. Bah ouais ça te rappelle tout de suite tes années collège où c’était le seul instrument dont tu savais jouer, forcé par l’autorité de l’adulte professeur tyranisant (bon d’accord pas tant que ça). Aujourd’hui si tu sors ton instrument c’est plutôt une guitare, une batterie (quoique plus diffcile à déplacer si t’es sur la plage de Saint-Malo), un accordéon diatonique (un peu plus à la mode) ou encore un kazou (beaucoup plus beauf, cf le petit bonhomme en mousse). Mais surtout si tu le sors c’est que tu sais en jouer, et bien. Dans le cas contraire tu n’essaieras même pas. Faudrait pas passer pour un naze « qui se la pète ».

Eh bien cher francais si tu ne sais jouer d’aucun instrument mais que tu te souviens des rudiments de la flûte à bec (parce que ce prof tyranisant il t’en a fait baver quand même), alors la slovénie est faite pour toi !

Ici si tu sais pas jouer de la guitare, ça fait rien tu peux quand même en faire au milieu du groupe, si t’as pas le rythme dans la peau pour un sous, cest pas grave non plus t’auras le droit de t’éclater sur un djembé toute la soirée. Et au milieu y’en a une qui va sortir sa flute à bec ! Et son pote va l’accompagner et ensuite c’est encore quelqu’un d’autre qui va sortir la sienne. Et allons-y satisfaits on joue du pipeau et on a la classe ! Le slovénien n’a rien contre la flûte à bec, il aime la flûte à bec, il aimerait vraiment savoir en jouer. Il a raison le slovénien, c’est un instrument comme un autre qui se respecte. Et c’est là, francais, que tu entres en scène.

Tout le monde s’essaie au pipeau et tu te dis « tiens pourquoi pas moi ? La flûte c’est comme le vélo nan? Ca s’oublie pas c’est ca ? »

alors tu empoignes l’instrument, fébrile d’abord puis l’air un peu plus expérimenté et… miracle ! tu n’as rien oublier cher petit francais de tes leçons de musique du collège, et même mieux, tu te surprends à faire des morceaux plutôt compliqués. Après avoir commencé par le classique ‘au clair de la lune’ tu enchaines sur ‘jessy james le bandit’ et finalement tu t’emportes sur du nirvana ou même du pink floyd parce que tu te sens plus pisser. Et oui cher français, les slovéniens vont t’admirer parce que tu sais jouer d’un instrument de musique mieux qu’eux. Alors d’accord d’un point de vue français c’est pas du Django Reihnart à la guitare ou Les Tambours du Bronx sur des percus, mais pour un slovénien, la flûte à bec ça reste super classe. Donc tu t’écrases, tu rigoles pas et tu savoures cet instant de flûte entre tes lèvres avec tes doigts qui courent dessus. Ici personne ne claquera ta porte de chambre parce que ça fait des heures que tu tentes de jouer ‘le lion est mort ce soir’, ni ta soeur, ni ton grand-frère, ni ta maman ne serons blasés; seulement des slovéniens en extase !

Et surtout, point important, ne mentionne jamais que tous les fancais jouent du pipeau. Ce n’est pas un instrument que l’on t’a imposé quand tu étais jeune, non non bien sûr que nan, c’est toi même qui a choisi délibérement d’apprendre à jouer du pipeau, qui sait le maîtriser et qui se la pète devant les yeux ébaïs des slovéniens.

Allons, tous à nos flutes, et soufflons gaiement ! Et merci l’éducation nationale !


12

London State Of Mind |
C'est parti pour Tahiti !!! |
Mon séjour à Plzen et mes v... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | jeremydrevet
| Pornic2010
| mon voyage au Japon