On The Road


Archive de la catégorie

Liste des articles dans la catégorie Avant le depart.

j’irai bien faire un tour du côté de chez vous !

J’ai la bougeotte les amis. j’ai envie de partir loin. tremper mes pieds dans l’eau glaciale des océans un matin et grimper les premières côtes de l’auvergne un soir. contrer les vents du nord et marcher sur les galets du sud.. courir dans les plaines au milieu de rien.. être partout, tout le temps, profiter.

ça fait longtemps que je n’ai pas donné de nouvelles dans ce carnet de voyage.

alors pour ceux qui ne le savent pas encore, ça y est je pars, mon projet a enfin été accepté par l’agence nationale slovène. enfin !

31 juillet, 11h, Paris Charles de Gaulle, un avion de la compagnie AdriaAirways m’emportera loin de la France. 

en attendant il me reste quelques semaines à profiter du territoire français et le temps passe bien vite ! j’ai tellement hâte d’y être et en même temps je prends conscience de la chance d’être française et toutes ces choses qui me manquent encore à voir ici.

je sais que j’y reviendrai mais je n’y vivrais plus. mes envies m’attendent ailleurs, je suis européenne et l’Europe est grande.

dans le cadre de mon volontariat, un « séminaire de préparation au départ » est le passage obligé que la commission européenne nous impose. au début ça ne m’enchantait pas trop, voire pas du tout. assez méfiante et négative sur ce séminaire je n’y suis pas allée complètement à reculons mais j’y voyais tout de même une perte de temps.

ce séminaire a eu lieu à St-Brieuc durant les 4 jours de la fin du mois de juin. 4 jours seulement et pourtant… l’impression de les avoir déjà vu quelque part, l’impression de les connaître tous, un grand respect et une entente incroyable, des jeunes pleins de volonté, pleins de sourires, qui s’écoutent, qui s’étonnent, qui me font me sentir bien, qui me font me sentir moins seule.. parce qu’on a la même passion, les mêmes envies et parce qu’enfin à un moment on peut parler avec nos sentiments et que ceux qui vous entourent vous comprennent. parce que nous sommes tellement différents et tellement pareils dans le même temps, venant chacun avec nos expériences, notre passé et réunis par les mêmes valeurs, la même volonté.

d’ordinaire je trouve toujours ridicule les attachements très rapides et les déchirements qui s’en suivent au moment de la séparation de quelques jeunes qui se rencontrent par hasard pour une courte période commune de leurs vies; et ce depuis les premières vacances que j’ai pu faire très jeune. la découverte, l’opportunité, puis la séparation, la distance, le retour à la réalité et l’oubli ne m’ont jamais fait peur, ne m’ont jamais (trop) atteinte. ces étapes font partis de ma vie entière, je les ai intégrées depuis longtemps.

cette fois-ci, je n’ai pas envie de perdre contact avec le groupe que j’ai intégré durant ces 4 jours, j’ai envie de suivre leurs aventures, de partager les miennes avec les leurs, qu’on prenne conscience du privilège que l’on a et qu’on en fasse notre force. Nous étions 17 à cet échange, nous sommes 60 français à partir chaque année pour un volontariat. autant dire que c’est une chance que nous sommes en train de saisir !

alors je suis toute excitée de partir, de prendre cet avion (même si ça me rend déjà malade), de rencontrer l’équipe dans laquelle je vais travailler et avec laquelle je communique depuis tant de mois pour élaborer notre projet, de m’installer dans mon nouvel appart avec sa machine à laver gorenje, de monter mon vélo pour moyen de transport (qui sera remplacé par des raquettes en hiver), d’entendre parler slovène partout autour de moi, de vivre dans les balkans que j’aime tant !

je suis déjà loin…j'irai bien faire un tour du côté de chez vous ! dans Avant le depart moz-screenshot

 75081412.Vyiwmrff.SkofjaLokabridge3 dans Avant le depart


partir ou ne pas partir ?

la decision est deja prise> la question serait plutot ‘quand’. quand partir ?

j’etais plutot sceptique quand a la reponse que j’attendais de l’agence nationale slovene pour mon volontariat a Skofja Loka. et je n’avais pas tort… apres les avoir harceles pour obtenir une reponse et savoir enfin si mon depart se ferai en fevrier ou si je devais revoir mon plan de ‘squattage’ sur Metz; mon contact slovene etant au Sri Lanka (normal) c’est son directeur qui me repond, et voici le roman :

 

Hello,

As you probably know jelka is somewhere in sri lanka, so i’ve taken some of her duties as her superior (director) which includes also the evs. Because there was no voice from the national agency about our evs projects i called them. The situation is following:  they had the meeting about EVS like a few days before the holidays, but they were very sorry to say, that our projects are not accepted. The reason was that in the application form there was something wrong with finacial structure and that other sources of  funding were not mentioned.
That was complete shock for me. Then we had like 20 minutes of negotiations if there can be done something about that, but they said no. I informed jelka about the whole messy situation and she gave me some new info, which was that she sent the application to the national agency earlier, like one week before the dead line, to a guy who’s work there is to halp, just to check if everything is ok. She was expecialy interested in financial part, because she had lack of experiences in this area. But she did not receive any  comments from the agency, so she meant that everything was ok so she sent the application forms unchanged.

I called  the national agency again, explained the whole story, and they said, that they know it. Thea also said that that specific guy had in that period a lot of work, so it’s possible that that he didn’t check the application form or he checked just the rest of the form, but not the financial part. I asked to talk with that guy,  but that was not possible because he was absent from work.

So… what to do now. I think that someone on the national agency didn’t do his job, so the national agency screw the whole thing up. My future strategy on the organization lies on evs and i think that yours future life also, so i prepared to fight. And i persume that you too. The shitty thing is, that i’m also quite new in this job, so i advise you this:
- ask your sending organizations and national agency what can be done. Send me the results. I’ll do the same with the people who were involved in evs around here, but not the national agency, because it’s obvious that they will try to defend their own position. There has to be some kind of procedure of appeal. I think that right is on our side and if we appeal at the end everything will be ok

- back up plan. If the appeal doesn’t go well, i have to ask you, if you’re prepared to come few months later. Because we’re thinking to sigh up the same project for the next dead line. The thing is that you’re personal profile suits perfectly to the needs of our organisation and really don’t want to loose you.

I think we have some time, because i haven’t received the official answer yet. But there is also a minor chance that they confused us with someone else. I wanted to get some more info yesterday, so i called the national agency again, but the phones were  deaf despite the fact that these days are considered as normal working days.

That’s it for now. Sorry that i haven’t informed you earlier, but i really didn’t  want to ruin your christmas. And i hope i haven’t ruined your new years celebration. Because there still is a chance that you do your duty as an EVS volonteers in tiny middle european slovenian town called Škofja Loka. So… all the best in 2009, read you and see you ass soon ass possible.

 

Notez la belle faute de la derniere phrase: ‘Ass soon ass possible’ instead of ‘as soon as possible’… elegant !

Je contact direct Luc pour le tenir informe du probleme et savoir si on peut faire quelquechose… euh, nan. d’abord je pleure. parce que quand meme y’a de quoi. c’est vrai, ca m’enerve. quand enfin je me decide (apres la roumanie, l’espagne, le luxembourg, le portugal, la macedoine…) a faire un choix, ce choix tombe a l’eau…

trois/quatre jours de deprime. qu’est-ce que je vais faire? qu’est-ce que j’ai envie de faire? pourquoi ca tombe sur moi? etc… etc… genre deprime qui se morfond et se plaind sans reflechir utilement.

parce que finalement des solutions il y en a plein. enfin, il y en a. reflechissons reflechissons.

je relance le projet aupres de l’agence slovene pour e prochain depot de dossier du 1er fevrier. s’il est enfin accepte, je partirai en juillet.

et en attendant, parce que jusque juillet ca fait une trotte:

1. je pars deux trois mois travailler dans le theatre national de bitola en macedoine. la ya pas de probleme, je connais les gens de la-bas, j’ai deja bosse avec eux, je connais la ville et je sais meme comment y aller en paartant d’ici. j’ai juste a deposer l’application au premier fevrier, elle sera forcement acceptee et je peu partir des mi-fevrier. nourrie, logee, blanchie et avec argent de poche (qui, d’ailleurs, defie le salaire moyen d’un macedonien)

2. j’ai un entretien d’embauche a paris ce mercredi pour un stage de 6 mois avec la JOC pour participer a une part de l’organisation de leur festival « la jeunesse [ca] se cultive » du 2mai2009. ils ont deja eu mon CV et ma lettre de motivation, ca leur a plu, ils veulent me voir. et, a priori, il n’y aurait personne pour me concurrencer sur ce poste. pareil : nourrie, logee, blanchie. et payee pour ce stage ! le stage rendrai fin en juin. parfait, juste avant de partir en Slovenie.

rendez-vous mercredi pour savoir laquelle des deux possibilites sera effective…

 


changement de programme

je le sentait venir depuis un petit bout de temps…

dabord il faut absoluement que je fasse ce SVE court terme, ensuite il me fait bosser a fond avec lui, jai meme le droit a un bureau et un ordinateur a cote du sien. puis il me fait faire une adresse together officielle (mais voyons, quel en est linteret si je ne suis ici que pour deux mois… ?)

episode creation dadresse. monsieur est en macedoine alors il me la fait faire a distance. il envoit une demande en estonie et fait suivre le courrier en reponse. reponse de lestonie, « voila cest fait voici les identifiants pour marie.sergent avec les codes necessaires ». jusque la tout va bien… et la phrase qui suit « third employee or new girlfriend? :)« … puisque cest pas la girl friend cest la troisieme employee. je suis la troisieme?! quel honneur! a quand le mega gros salaire??!

bref mon SVE long terme de un an que je suis sencee faire en espagne, jen reparle et il marrete tout de suite

-jen ai un autre service long pour toi…

-ha ouais? un truc encore mieux ? (chui un peu naive des fois)

-ouais un long terme avec together au luxembourg… bon je sais cest pas tres exotique mais tes projets theatre tu les fais quand tu veux et je te paierai, et puis aussi jte loge avant que tu commence officiellement ton sve

yo il a compris que jetais a la rue, et il essaye de macheter maintenant…

-tu voyageras plusieurs fois par an ou par mois tout au long de lannee.. puisque cest toi qui organiseras les voyages.

jespere que cest pas du bidon, paskil est fort en bidon quand il veut…

-bon. laisse moi reflechir, dis-je.

un croissant et un chocolat plus tard.

-bon. je crois que jai reflechi.

-ha. on va bien sentendre.

-mouais. (cest quil ma eu le ptit gars)

bilan. jhabite au Lux pour lannee a venir et meme plus. on est vendredi, demain je vais a metz je recupere toutes mes affaires et je demenage ici (cest cool jai pas de loyer a payer)

bilan. lautre. jai pas besoin dapprendre lespagnol. je ne vais plus a seville. je vais regretter. mais je vais aller partout en europe pour faire du theatre.

bilan. encore un autre. chui quand meme un peu a letranger, paske mine de rien les gars mon forfait telephone il a explose ce mois ci !


Le franglish, les hongroises et Adrien

Des hongroises, des estoniennes, des greques, enfin bref des nenettes de partout qui sont trop sweat avec leur accent-kon-comprend-rien-a-leur-anglais. mais adrien lui il adore. il en fait des jalouses. et ca pleure, et ca se chamaille, et vas-y que jte prends dans mes bras, et que jte mords l’oreille, et quon partage notre tite cigarette!

-hé les filles! la c’est marie qui parle, et c’est de mon tit frère que je vais vous causer! vous y touché pas!

-what?!

-bon. daccord c’est lui qui vous touche… mais vous laissez pas faire merde! et puis je vous rappelle qu’on est en france ici, et que se prendre dans les bras a tout bout de champs ben c’est plutot chaud par ici et il est en pleine puissance hormonale le ptit la…

En fait, jai compris.Vu qu’il parle pas un mot d’anglais, il faut bien trouver un moyen de s’exprimer. et il a découvert la langue universelle le filou! ha!

Je devrais faire pareil, c’est certainement mieux que d’apprendre l’esperanto.

Mais cest que za pas beaucoup de mecs par ici…

 


formation. Youth exchange

Metz, Grand Comptoir. « on ne change pas un lieu qui gagne » comme dirait Luc. Je suis invitée à une rencontre de l’association Together à l’occasion des prochains départs à l’étranger et du « Youth exchange » sur le grafiti qui débute le jour meme…
En fait je sais pas trop tout a fait ce qui se passe, je suis arrivée en retard de 1 heure (je ne perd pas mes habitudes). Y’avait des grandes gens du style Griesbeck, la députée européenne et puis aussi conseiller régionaux et autres politiques en tous genres qui donnent des sous-sous.
merci par ci et merci par la, tout le monde se felicite, se serre la main, s’offre des supers faux cadeaux du style « waouh le super sac en plastic du conseil general avec tout le kit crayon-sac banane-publicité qui va avec… on est tous un peu faux-cul mais cest peut etre toujours mieux qu’etre suspects (salut nicodion).
Bref, j’y ai emmené mon tit frère, paskil est en vacances par ici. il s’ennuie. un peu. et j’ai invité pierrot aussi paske j’aime bien quand il est la, je me sens mieux. il s’ennuie. aussi. ils m’auraient surtout été très utiles je pense, dans le cas ou j’étais arrivée a l’heure et ou il m’aurait fallu parler devant tout le monde de mon projet a l’étranger. (mais merci d’etre venu quand meme, je me sens mieux quand tu es la pierre)

fin de la soirée au grand comptoir, Carmen et Anna nous propose une rencontre avec une 20aines d’étrangers.
-ca a l’air cool oui. faut que j’en parle avec mon frère parce qu’il est en vacances ici je ne peux pas lui imposer quelquechose qui risque de ne pas lui plaire…
-ca commence ce soir.
-ha. euhh… Adrien? ca te tente, ca a lair cool. ca commence ce soir. aller c’est parti, on y va.
-alors?
-je crois qu’il est d’accord.
-dans 5min vous etes la avec vos sacs, on vous attends pour partir.

putain c’est des rapides chez together!

2min après, arrivée a l’appart:
-bon Adrien, ya pas beaucoup de temps, on torche le sac en 2.30 et on repars illico!
la porte s’ouvre.
-merde le chat! j’ai un chat. j’ai un chat?! merde pourquoi j’ai un chat?
-euh… et le sac?
-ben fais-le. vite! ca fait rien pour le chat, dans deux jours on reviens, je lui fous au taqué de croquettes et je lui change… ouais nan cest bon pour la litière je la changerai plus tard…
-il va pas mourir?
-mais naaaannn. enfin, jespère… ca survie trois jours seul un chat nan?
retour a la gare. tout le monde monte en minibus et voitures. nous voila partis pour une petite semaine a parler anglais.
-adrien? do you speak english?
-de quoi?
(-et ben on va s’amuser!)


Départ pour Séville en janvier

voici donc la réponse attendue:

courrier de carmen

Carmen me dit que je pars en Janvier pour Séville.

Alors va maintenant falloir que je me trouve un nouvel appart pour quelques mois et du boulot. misère… jvais me grouiller a terminer de passer mon permis et je vais me trouver un ptit truc sympa en attendant.

je vais aussi me prendre des cours d’espagnol, comme ca je pourrait me debrouiller un peu mieux une fois arrivée la-bas.

bon et bien ca me laisse un peu de repit !

 


Decison finale

Alors ca y est, c’est fait!

je me suis decidée pour Sévilla en Espagne, et jai dit merde a la Roumanie, jespere que je vais pas le regretter…

partir vivre un an avec des Rroms, la pour le coup je vais men prendre plein ma culture de nikto gadjo. que du bonheur! moi qui me pleignait de ne tomber que dans un truc social et de pas avoir ma dose de culture, jespère bien que je vais lavoir.

bon. je ne sais pas encore exactement quand je pars, cest a dire que de leur cote si cest long a mettre en place, ca risque de reporter le depart a janvier. et la… bonjour MacDo et Kiabi pendant pleins de longues semaines ! faut que je trouve autre chose a faire en attendant… je vais trouver.

mais ne stressons pas encore pour ca, puisque rien nest sur. si ca se trouve je pars dès septembre! ce serait le pied!

c’est pas une décision qui a été facile a prendre, jen ai encore mal au ventre. jai peur de regretter la roumanie, son theatre et son festival.

et dun autre cote ca va etre un putain de challenge darriver a monter un atelier de theatre en espagne alors que je ne connais rien a lespagnol ! (remarque je connais rien non plus au roumain vous me direz…)

preparation psycologique pour le depart.

je vais en Espagne.

je vais a Séville.

je vais chez les Rroms.

je sais pas encore quand… septembre ou janvier.

réponse dans la semaine.


Ya pas plus simple comme choix?

Et voilà! ca narrive qu’à moi ce genre de trucs…

jexplique.

donc, hier une decision tres difficile pour moi a due etre prise, a savoir me decider pour une SVE que Carmen a galéré a trouver pour moi en Espagne (pays trop près de la france a mon gout et dont je ne connais pas du tout la langue), pour un projet a caractere fortement social (alors que jai pas arreté denvoyer mes candidatures partout pour faire du culturel avant tout).

finalement vu quil me reste que quelques jours, je me dis que cest mort pour tout le reste et je me console pour la roumanie ou je voulais vraiment aller. j’appelle Carmen (je navais dailleurs que quelques heures pour me decider):

-cest bon, le projet pour Sévilla pour un an dans un camp de gypsy, ca minterresse tres beaucoup beaucoup!

et oui! un camp de gypsy, en fait javoue ca a pas été trop dur de me decider mais quand meme!

-ha ca tombe bien que tu aimes parce que la dame en espagne tenais vraiment a ce que ce soit toi. bien maintenant on va attendre la reunion quelle a demain matin a propos du projet SVE pour savoir si tu le debuteras en septembre ou sil sera repporté.

-(ha. il serait éventuellement repporté? ils sy prenne tous au dernier moment comme moi ou quoi?! donc si cest pas le bon jaurais le temps de trouver pleins dautres trucs encore mieux que la roumanie avant janvier… …millisecondes de reflexion, puis:) ok. mais je pense que de toutes facons meme si ce nest quen janvier le depart, je suis deja decidée (il me semble) et je ne pense pas prendre autre chose. jattendrai, et puis jaurais le temps dapprendre lespagnol! a demain.

Et ce matin au réveil. je zieute mes mails pour voir sil y a du nouveau pour le depart en espagne. et la. keskejevoipa?! d’une part des mails de solen et julien (je vous embrasse) mais ca cest autre chose, mais surtout un mail de Art_fusion….. en Roumanie! LA roumanie! LE projet que je nespérait plus.

Et merde…

Et en plus, pour la roumanie ils me demandent de confirmer rapidement (today) alors que jai toujours pas de confirmation de depart pour l’espagne.

cest un test qui me tombe sur la gueule de je-sais-pas-trop-ou pour savoir si je suis bien decidée pour lespagne, pour me faire assumer mes choix a fond sans en regretter un autre… cest dur, jaime pas faire des choix, cest tellement plus facile quand cest imposé… héhé. sinon cest une serie télé a deux balles où arrive le moment du dilemne (paske franchement pas de bol mais ya que dans les films que ca arrive ce genre de trucs nan? retournement de situation de derniere minute avec du suspens et de la decision rapide comme au moment ou MacGyver il doit choisir entre le rouge et le bleu…)

bref, on reprend; comment je me decide? je pese « le pour » « le contre » de chacun des projets, ben euh cest pas facile. jvais attendre de savoir si en espagne ca commence en septembre, et si cest en janvier je partirai en roumanie… rhaaaa nan…! cest paas si facile.. je crois que finalement je vais partir en Espagne peu importe le reste.

en plus le projet roumanie cest pour 8 mois tandis que lespagne cest 12 mois! (cest pourri comme argument marie!)
grgrgrrrrggrrrrrr (vous le connaissez deja ce bruit)


dernière ligne droite !

une semaine et demi que je relance sans cesse les associations partout en europe. une semaine et demi que je stresse de savoir si je vais partir ou non. une semaine et demi aussi que l’association together se decarcasse pour me trouver quelquechose.

et ce matin, 9h30, Carmen de Together m’appelle (après une nuit en charmante compagnie qui se permettra de rajouter a la fin de l’appel: « y zont ka appelé le dimanche pendant kon y est ! » Mais ca concerne aussi une autre histoire…) Donc Carmen l’espagnole m’appelle:

-j’ai trouvé deux propositions de SVE en espagne pour toi, je texplique…

s’en suit un blablabla en détail assez long que je ponctue de mes « hum », « ok », « ouais daccord », « je comprend », « oui »… d’une voix très roque et chaleureuse du matin (et surtout dune nuit courte)

les projets proposés sont surtout axés autour du social, et mon petit « plus » culturel theatre peut etre bien… mais ca fait un mois que je cherche des projets autour du culturel avec un « petit plus » social qui pourrait m’etre cool…

-et Luc ou Anna, ils ont cherché de leur coté? (jespere quils ont eux aussi trouvé des trucs pour moi…) Et est-ce que Anna a appelé la Roumanie pour moi (je vous avoue que javais grave envie dy aller) ?

-je pense que si elle ne ta pas tenue au courant cest que cest pas possible…

(-et merde…)

-donc je tenvoie un mail pour recapituler un peu tout ce que je viens de te dire (ouais cest necessaire paske la je me reveille) et il faut que tu te decides aujourdhui.

-aujourdhui?!? merde…

DERNIERE LIGNE DROITE, si je ne me decide pas ca repousse mon depart a janvier! il me faudrait trouver un appart pour quelques mois, un boulot aussi genre macDo ou kiabi, autant crevé!

CELLULE DE CRISE. jappelle Julie. elle répond pas (je laisse volontairement un message de desespoir pour quelle sen veuille, et ca a marché dailleurs). jappelle Noémie. répond pas non plus (pas de message jai epuisé toute mes forces en matiere de culpabilisation). jappelle Môman. ELLE répond! (toujours… cest ma maman quand meme). Je lui fais le topo (ha oui dabord je craque, du coup elle stresse un peu et prend sa petite voix, elle est habituée). elle ne peut bien evidement pas prendre de decision a ma place mais elle me rassure.

ha oui! paske faut que jexplique… pendant lépisode « decision ultime », je saute sur mon bicycle, je rentre chez moi (jetais en charmante compagnie je le rapelle), je check mes mails (histoire aussi de verifier si ya pas eu des reponses positives ailleurs que lespagne… yen a pas), jusque la tout va bien. PUIS yannick (cest mon colloc) se reveille, ouvre le colis qui vient darriver pour lui (cest moi qui vient de lui porter). cest un nouveau processeur pour lordi! ben tiens! on va le tester. marie est en stress mais ca fait rien, ca prend 15min. le pc sera rallumé dans pas longtemps. elle en a grave besoin, ya tout ses contact dessus et Together la rapelle dans 30min mais ca ira cest cool! eh ben nan! le pc tombe en rade, il se rallume plus! stress en plus les gars, stress en plus!

heureusement qu’il y a un deuxieme ordi dans cet appart et qu’on peut facilement le reinstaller! il a une configuration pourri et tu lis les phrases trois mots par trois mots a lecran mais cest cool ca va mieux, jai accès a ma boite mail et au net ou je peux retrouver (grace a ma super memoire) les contacts necessaires.

et puis de toutes facons, ces contacts que jai retrouvé et appelé (en anglais sil vous plait!), ben ils veulent pas de moi!

bilan: redecision ultime, faut que je me decide pour un des deux projets en espagne si je veux partir et deposé mon dossier « to the deadline, the 1srt june ».

grrrgrgrgrgrgr (bruit de mon cerveau qui réfléchi et chauffe)


Rencontre avec Together

Metz, gare. Le Grand Comptoir. Jeudi 24 avril en fin d’après midi. 17h06, je suis un peu en retard.

Assis sur la dernière banquette verte, un grand homme, veste noire col mao, crane rasé (chauve?) m’accueille derrière son MacBookAir un thé a la main. Il s’appelle Luc Wendling, président de l’association Together. Je lui avais envoyé un mail un peu maladroit deux jours avant pour me présenter et savoir comment se passe un Service Volontaire Européen (SVE). Il me propose illico de le rappeller pour convenir d’un rendez-vous. Nous y voilà.

Je me présente avec ma situation, mes envies, mes motivations. Il se présente par son association. Me présente aussi le « schmilblick » du SVE.

Je me sens vite à l’aise et j’ai hate de rentrer à l’appartement, me poser devant mon PC et traverser la base de donnée européenne des projets d’accueil disponibles dans toute l’Europe. Il me conseille de bien ciblé le ou les pays ou je souhaite aller, et aussi l’environnement dans lequel je souhaite atterrir… Du theatre les amis, envoyez moi du theatre ! Du culturel, de l’événementiel, des artistes, des jeunes motivés, de l’ambiance, de la culture a plein nez !

Je vais remplir mon CV de volontaire, trouver des photos et envoyer mes candidatures.

Together m’offre le thé que j’ai commandé, l’Europe déboursera près de 8000 Euros pour mon départ.

J’ai trouvé mon organisme d’envoi, au 1er juin, date limite dépot des dossiers pour un départ entre septembre et décembre, j’espère avoir trouver mon organisme d’acueil. La motivation est à son comble, j’espère que j’aurais assez de temps…


London State Of Mind |
C'est parti pour Tahiti !!! |
Mon séjour à Plzen et mes v... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | jeremydrevet
| Pornic2010
| mon voyage au Japon